Les MAÎTRES de FORGES

Pour modifier l'affichage, éditez les styles des éléments correspondants (normalement la Zone "Cadre Principale").

Pour modifier les liens du menu, éditez, copiez-collez ou supprimez les éléments-liens dedans.

Pour cacher un élément sans le supprimer, utilisez sa propriété Visible.
Pour "activer" l'affichage d'une flèche, utilisez sa propriété "Visible"
Maître de forges
Le 15e siècle fut pour le pays de Liège le siècle de fer, de feu et de sang. Dans la seconde partie du siècle, Sur investigation de Charles VIII, roi de France, fils de Louis XI et de Charlotte de Savoie. Charles fut le septième et dernier roi de guerre à la succession directe de la branche des Valois de la branche capétienne. Les Liégeois lui déclarèrent la guerre à Philippe de Bourgogne. La guerre dura près de 4 ans, 33 châteaux forts et 300 villages tant du Pays de Liège que celui du Comté de Namur, furent ruinés et incendiés. En 1465, défaite des Liégeois à Montenaken, en 1466, Charles de Bourgogne dit le Téméraire, prit Dinant. La ville fut livrée au pillage et aux flammes. En 1467, eut lieu la bataille de Brusthem, bataille que les Liégeois perdirent. Après la bataille, Charles le Téméraire se rendit à Liège et força la ville à se rendre le 12 novembre 1467. La Principauté de Liège est devenue un protectorat bourguignon sous Guy de Humbercourt et toutes les villes dans le comté de Looz furent contraintes de retirer leurs défenses. En 1468, malgré une ardeur décuplée, les Liégeois virent leur capitale envahie, livré au sac, à la profanation, à l’incendie. Les églises furent rasées, et 300 maisons à peine restèrent debout. C’est dans cette période troublée que nous faisons la rencontre de la famille Rifflart, Maître de Forges à Huy.
Clic sur l'image      

Les forges des Rifflart
En voilà +++ concernant les maîtres de forges
Bibliothèque, Flip Livre
Ils parlent









« Le passé nous fait nous souvenir des gens d’autrefois à qui nous devons ce que nous sommes, à qui nous devons tant d’estime, gens simples, peut-être, mais d’une si grande richesse humaine, bien souvent. » Edouard Bled Mes écoles