Mémoire des RIFFLART
La légende de la maison RIFFLART
Une légende pour l'histoire

Par l’examen des généalogies, œuvres des hérauts d’armes du 18è siècles ou de la fin du 17ème. Nous pourrions croire à une origine brillante de cette famille. Ainsi on a répandu à cette époque pour obéir à une mode universelle une ascendance de légende. Cette ascendance fait remonter le berceau de ce patronyme à sept générations qui précédent Colin Rifflart (dit Nicolas). Cet homme devient l’Argentier de Charles V en 1517.  

L’ouvrage qui s’avance le plus loin dans cette voie est sans conteste, celui conservé au Ministère des Affaires Etrangères à Bruxelles et intitulé ; « Plusieurs Généalogies et autres preuves – Conseil héraldique, in folio 142 ». Nous ne trouvons pas moins de sept générations antérieures au personnage qui nous intéresse. Un rappel intéressant, pour être admis à l’état noble, l’aspirant devait prouver six générations de noblesse paternelle y compris le premier anobli. Il doit aussi prouver qu’il possède en propre une seigneurie avec haute justice et un bien de 4 charrues de labeur. Voilà surement le pourquoi de l’établissement de cette ascendance qui peut être contestée. 

Suivant cet ouvrage, le premier Rifflart, aurait comme prénom Thierry, écuyer, capitaine et gouverneur du château Samson. Né au début du 14ème siècle et mort en 1397. Malheureusement beaucoup de trace de cette époque ce sont perdues au fil des siècles. Donc impossible de confirmer ou informer. 
Le fils de Thierry, Nommé Thierry II épousa en première noce Marie de Warisoulx, dame de Rosée, Juzaine etc… et en deuxième noce Gertrude de Crehen. Il mourut en 1354 en laissant trois fils, Thierry le troisième, Antoine et Nicolas. Toujours selon cette généalogie. 
Thierry le troisième du nom était selon cette généalogie, seigneur de Rosée, Juzaine, haut justicier de Sainte Marie. Il serait enterré à Rosée avec son épouse Barbe de Leloye. Antoine se serait noyé dans la Sambre le 22 août 1375. Quant à Nicolas il mourut sans héritier. 
Ce Thierry III, aurait eu deux fils, Jacques religieux à l’abbaye de Gembloux et Nicolas, chevalier, seigneur de rosée, Juzaine, Escoeuvres, haut justicier de Sainte Marie Notre Dame. Il épousa Sibylle de Farcienne qui lui donna une fille, Jeanne et un fils Thierry IV. Qui sera Maître d’hôtel de Jean III, comte de Namur. Il épousera Catherine d’Ave et mourut en 1411. Quatre enfants suivront de cette union, Thierry IV dit Henri, Jean, François et Marguerite. 
Marguerite épouse Baudouin van den Berghe conseillé chambellan de l’empereur Ferdinand d’Autriche. 
--François mourut sans hoir. 
--Jean sera moine de l’abbaye Sainte Marie d’Oignies. 
Quant à l’ainé, Thierry IV dit Henri, épousera Marie de Villenfagne. Thierry mort en 1517 marié avec Elisabeth van Ophem, fille de Gérard et de Marguerite Schobelt. Cette dernière lui donna un fils, Nicolas Rifflart, celui-là même dont nous avons parlé comme Argentier, receveur du Comté de Namur…. 
Le frère de Thierry le IVème, prénommer Guillaume, capitaine d’une compagnie de Lances sera l’époux de Jacqueline Maniet, fille de Lambert Maniet Lieutenant du Château de Namur. 

Ce Guillaume aura deux fils, Guillaume II qui épousera la bâtarde de Marbais Suzanne et en seconde noce Jeanne Rifflart, fille de Guillaume Rifflart et de Anne de Bailliencourt. Sa fille Jacqueline épouse en première noce Jean d’Averdis et ensuite Gérard de Linchamp. 
 
Cette généalogie est identique à celle que nous pouvons trouver dans « La généalogie des illustres familles de Fiennes » Repris par Stroobants. 
Quant à « L’histoire Généalogique de la Famille de Herzelles » il ne mentionne que le père de Nicolas Rifflart, Thierry. 

Premier Blason de Nicolas Rifflart