Tag tag tag tag tag tag tag
Lorem ipsum dolor sit amet,  
consectetuer ADIPISCING ELIT.
Ce "petit pays de Liège", inséré dans le comté de Namur située au sud-ouest de la ville de Namur, dans la province du même nom.Et dont les nombreux lieux-dits se partagent un territoire d'une grande variété... 
Malonne, commune la plus étendue de Belgique (avant sa fusion avec Namur en 1976)...

L'environnement immédiat de Malonne a été peuplé depuis la plus haute époque. Dans la vallée de la Sambre et celle de la Meuse, que le village actuel de Malonne sépare, plusieurs sites archéologiques témoignent d'un peuplement remontant au Paléolithique et se poursuivant tout au long de la préhistoire et de l'âge des métaux. Plus tard, profitant des voies d'accès dans les vallées, Namur s'est développé à partir de la période romaine à moins d'une journée de marche de Malonne. 
 
Plusieurs découvertes relatives à la présence romaine sont attestées à Malonne, notamment celle d'un cimetière et celle d'une exploitation agricole au lieu-dit de Reumont, remontant au Haut-Empire. 
 
Malonne aurait été fondé dans les années 600 ; du moins le village entre-t-il dans l'Histoire à cette date. Son fondateur, Berthuin (ou Bertuin), est un évêque anglo-saxon, peut-être irlandais. La légende raconte qu'un jour un ange venu le visiter dans son sommeil lui dit de quitter tous ses biens et d'aller construire un village entre la Meuse et le Landuw (Landoir). Les grands propriétaires de l’endroit l’accueillent généreusement : Roga, châtelaine de Flawinne, lui aurait cédé sa propriété de Malonne, celle où il installe son oratoire ; Odoacre, propriétaire terrien de Floreffe, lui donne les terres situées depuis le Tombois jusqu’au Landoir ; Pépin de Herstal lui fait don de cinq métairies, parmi lesquelles peut-être Reumont. Ces généreuses donations sont fréquentes à la période mérovingienne. En échange de terres incultes, ingrates ou difficiles à défendre, les puissants propriétaires s'assurent à la fois une certaine aura sur terre et -on ne sait jamais- un placement dans l'au-delà. La vita bertuini est la principale source sur la vie du saint. 
 
Tout au long du Moyen Âge, Malonne relève de l'autorité de Liège. Il semble que la fondation de Saint Berthuin tomba progressivement en décadence, avant d'être remplacée par un collège de chanoines chargés d'administrer le domaine. Ceux-ci furent remplacés au xiie siècle par une nouvelle fondation de chanoines réguliers, observant la règle de Saint Augustin. En 1903, un couvent de clarisses fut fondé à Malonne à la suite de l'expulsion des religieuses de France.